Eudes Séméria psychologue
Psychologue - Psychothérapeute à Paris 15

Chroniques existentielles

Les chroniques existentielles

 

Souriez

Si vous êtes dépressif ou triste, souriez. Si vous vous sentez incapable de vous lever de votre lit, de sortir, de marcher, de vivre, d’affronter cette journée ou cette nuit, souriez. Si vous dites non à tout, si vous ne savez plus dire autre chose que « Je ne peux pas » ou « Je n’y arrive pas », si vous ne savez plus quoi donner aux autres, si vous croyez que vous avez tout raté, tout perdu, souriez.
 
Si vous pensez que vous êtes foutu, que vous n’avez rien de bon en vous, que vous ne serez jamais à la hauteur, souriez. Souriez pour rien, dans votre chambre, dans votre voiture, dans l’ascenseur, là où vous êtes en ce moment, debout, assis, allongé, en dormant si vous voulez. Souriez-vous à vous-même et regardez-vous sourire. Souriez en lisant ces mots, tandis que moi je souris en les écrivant.
 
Souriez sans raison, sans peur du ridicule, sans critique, sans honte, sans réfléchir. Imaginez simplement un grand sourire intérieur, dans votre corps, ressentez simplement le plaisir qu’il vous donne et laissez-le venir sur vos lèvres. Et si vous avez encore envie de dire « Je ne peux pas » ou « Je n’y arrive pas », alors faites semblant de sourire. Mais faites-le bien, croyez-y de tout votre cœur.
 
Je sais, vous allez me dire : pourquoi est-ce que je devrais sourire sans raison ? A quoi ça peut servir ?
Je vous réponds : souriez parce que ce sourire va vous sauver la vie.
 
Souriez parce que si la dépression vous a enlevé toute envie de vivre et toute envie d’avancer, il vous reste encore le sourire, cette toute petite chose de rien du tout grâce à laquelle vous pouvez encore dire oui plutôt que non, faire don de vous plutôt que d’attendre l’aide des autres, vous sentir quelqu’un plutôt que personne.
 
Ce qui compte, ce n’est pas ce que vous croyez être en ce moment mais ce que vous êtes en train de faire. Bien sûr, vous savez comme moi que sourire ne suffira pas à faire disparaître votre peur de la vie ou de la mort, ni votre peur de la solitude ou de l’échec, mais ce qui est sûr, c’est qu’en souriant vous ferez tomber ce masque de tristesse et d’impuissance qui vous retient prisonnier dans l’obscurité.
 
Souriez, comme vous pourriez sourire à un ami ou un invité et vous commencerez à être authentiquement vous-même.
 
Eudes Séméria

Illustration : Chambre à New York (détail), Edward Hopper

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Créer un site internet de psychologue

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.